Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 15:22

Hier c'étaitle moisiversaire d'Obi. Si ça existe les moisiversaires. Je lui fête tout les mois. Donc ça existe.

 

7 mois. Comment c'est trop un grand mon chien! Ça y est, c'est fini le bébé. Il ne passe plus sous la table du salon, il estplus grand que Volt et mange autant (voire plus), ses attributs masculins sont bien en place (bon dieu je ne pensais pas que ça grossissait si vite ça!), on commence à s'intéresser aux filles...

 

Bref l'adolescence nous ouvre ses portes et nous accueille avec un sourire gêné. Désolé, mais faut passer par là hein. Pas le choix. Mais bon c'est pas si terrible. Et puis ça ne dure qu'un temps hein!

 

Tiens on va dire que maintenant qu'il est ado, il a très très envie de garder ce qui est à lui. La voiture, la caisse, moi....

 

C'est pas vrai, je suis une propriétaire objet.... Ça ne m'était jamais arrivé ça.

 

Alors bon j'explique bien tranquillement à Obi que non, je ne suis pas sa chose, que oui je peux très bien me défendre toute seule (comment aurais-je survécu pendant les 22 ans où il n'était pas là?), que non, ça n'est pas grave si les autres chiens veulent me faire un câlin, que oui, le berger allemand là bas veut bien le croquer et qu'il peut venir se réfugier dans mes jambes mais qu'on ne va pas en faire tout un plat non plus.

 

Apparemment j'ai su voir le changement à temps car en quelques jours il a déjà progressé. Ca ne m'inquiète pas trop, on va juste surveiller ça sans trop s'en faire. A suivre!

 

Côté travail, on fait du shaping tous les soirs en ce moment. Et là je ne suis pas peu fière. Enfin y'a pas de quoi être fière, c'est lui quibosse mais il me ravit, c'est certain. Du coup j'ai décidé de prendre des notes sur nos tricks. Je vous les mets en fin d'article. J'avoue sans honte m'inspirer largement de Silvia Trkman, des conseils de Susan Garrett.

 

La plupart des tricksn'ont pas de but en soi, à part nous amuser tous les deux. Par contre ils ont l'incontournable avantage de donner au chien souplesse, élasticité, équilibre, confiance, conscience du corps, de l'espace, concentration et bien plus encore! Que du plus pour les tricks!

 

Et comme je l'ai vu quelque part (ou rêvé parce que je ne le retrouve plus où), a trick a week keeps your dog fit!

 


 

 

Les tricks de la semaine dernière:

 

T'en as marre? (chien couché avec la tête posée sur le sol)

 

Difficulté: *

 

Technique:

 

Chien couché, on clique les mouvements de tête vers le bas. Pour les chiens timides, un simple regard vers le sol suffit pour commencer. Quand la te commence a bien descendre, on commence à cliquer le contact avec le sol. Puis on allonge la durée entre le contact avec le sol et le clic.

 

Introduction de l'ordre:

 

Soit lorsque le contact au sol est bien acquis, soit lorsque la durée est installée.

 

Obi:

 

Une seule séance mais on a pu déjà introduire l'ordre. J'ai fait toute la procédure puis j'ai repris en mettant l'ordre sur le contact.


 

Pan! (chien mort)

 

Difficulté: ***

 

Technique:

 

On peut avoir différentes exigences pour ce trick: chien couché sur le côté immobile, sur le dos immobile, sur le dos avec les pattes qui bougent, genre atroce agonie. Le plus dur restant d'avoir la queue immobile pour avoir l'air bien mort (dur dur pour Volt qui a choisi l'option couché sur le côté complètement figé à part la queue qui bat joyeusement la cadence: on n'y croit pas du tout^^)

Si on a déjà appris au chien à rouler, l'exercice sera à la fois plus simple (chien en confiance) et plus complexe car on demandera au chien de bloquer son mouvement.

 

Pour le chien sur le côté:

 

Leurre: Chien couché,avec les deux postérieurs du même côté, on montre la récompense au chien et on avance la main vers son épaule du côté où sont placés les postérieurs. Le chien va tourner pour l'avoir et se coucher sur le côté. Clic/récompense. On leurre 10 fois puis on arrête. On attend que le chien propose; mais attention pas tout le mouvement. Si le chien commence à se pencher, on clique. Le leurre ne sert qu'à amorcer le shaping pour la suite, surtout chez un chien timide et peu sur de lui ou qui n'aime pas se mettre sur le côté.

 

Pour le chien sur le dos:

 

On leurre jusqu'à ce que le chien se retrouve sur le dos. On ne clique jamais après (s le chien roule de l'autre côté par exemple). Puis on arrête de leurrer et on attend que le chien propose avec les mêmes restrictions que précédemment.

 

Introduction de l'ordre:

 

On n'introduit l'ordre que lorsque le chien a bien acquis la position pour ne pas avoir le risque de mettre un mot sur un comportement inabouti ou inapproprié (un tour complet, un coup de te vers l'arrière etc.)

 

Obi:

 

J'ai choisi l'option sur le dos parce que Volt fait sur le côté et que j'ai envie de diversifier les positions de "mort"! Pour l'instant, pas d'ordre, on recherche la stabilité. J'ai dû beaucoup leurrer au début car depuis tout petit Obi est très mal à l'aise avec le fait de rouler. Aujourd'hui, il se met sur le dos sans souci. Mais avant d'introduire l'ordre, j'aimerais qu'il ait un peu plus de stabilité.

 


 

 

 

Les tricks de la semaine prochaine:

Le beau

Les poupées russes (mystèèèèèèèère!!!)

 

Repost 0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 14:54

Je préparais cet article en faisant une petite recherche sur Google afin d'établir un état des lieux de ce qu'on peut trouver sur le net sur Greg Derrett. Et bien qu'elle ne fut pas ma surprise: rien de rien de rien!

 

Donc en gros je parle de Greg mais si vous ne lisez pas l'anglais, vous ne savez pas de quoi je parle!

 

Voici le système en résumé. C'est un système, pas la solution miracle. Il a le mérite d'être clair et cohérent, facile à assimiler pour nous comme pour le chien.

 

Allez je m'y colle!

 

Le système Greg Derrett

 

Il s'agit d'un système de conduite. Il n'aborde pas les techniques d'apprentissage et de franchissement d'obstacles.

En bon système, il est basé sur des règles simples et cohérentes pour le conducteur et pour le chien.

 

La première règle est: on ne quitte jamais son chien des yeux.

 

De là découle la seconde: le chien ne coupe jamais derrière le conducteur.Donc pas de jeannette, pas de kechke (rappel: la jeannette je passe devant le chien et change de main sans me retourner, le kechke, je fais demi tour du côté du chien tandis que le chien doit tourner derrière moi).

 

Nous avons malgré tout à notre disposition plusieurs configurations possibles.

  • Le pivot: devant le chien je change de main en lui faisant face
  • Le poussé hors/entre (traduction de push out/through): ma trajectoire de course et mes bras éloignent le chien de moi pour qu'il négocie un obstacle/pour qu'il évite un obstacle
  • Le tiré hors/entre : ma trajectoire de course et mes bras rapprochent le chien de moi pour qu'il négocie un obstacle/pour qu'il évite un obstacle
  • Le croisé derrière: j'effectue un changement de main derrière le chien

 

Toutes ces techniques s'utilisent en course ou sur un rappel (chien au départ immobile)

 


 

 

Pourquoi le chien ne doit-il pas couper derrière le conducteur?

Cette configuration amène de l'incohérence. Sur une même combinaison le chien devra couper derrière ou rester sur le même côté sans qu'il lui soit possible de faire la différence: il doit faire un choix et c'est toujours le mauvais que nous verrons. Cela entraîne des éliminations (le chien négocie le mauvais obstacle).

 

Vu ce week end en concours, un chien sur la table, en face, un saut et à côté, la passerelle. Au go, la conductrice part directement sur le saut, le chien coupe derrière et monte sur la passerelle. J'ai vu 8 chiens se faire éliminer de cette façon et je n'ai pas regardé les 120 passages.

 

Pour avoir un système cohérent, le chien ne doit jamais passer derrière nous.

 


 

 

Troisième règle: on indique les obstacles à négocier avec le bras du ôté du chien.

 

Toute action du bras extérieur servira à prévenir le chien d'un changement de main ou de trajectoire.

 

Quatrième règle: le chien doit chercher la zone de renforcement.

 

Toujours dans l'idée que le chien ne doit pas couper derrière. La zone de renforcement se situe devant nous. C'est là que le chien sera récompensé de façon systématique. Si je me déplace vers l'avant, le chien va avancer pour se situer dans cette zone. Ça ressemble drôlement à une suite au pied mais ça ne l'est pas vraiment. L'idée est qu'un endroit précis à de la valeur pour le chien et que quand cet endroit bouge avec nous, il va tout faire pour y aller. On peut construire de la valeur pour n'importe quel espace du moment qu'il est bien clair pour nous et pour le chien (comme dans les Crate Games).

 

Si le chien est derrière ou sur le côté, il ne franchira pas la ligne matérialisé par mes deux bras tendus sur le côté à part pour aller directement dans la ZR de la façon la plus rapide.. Devant la zone de renforcement, derrière le no dog's land. Quand je pivote, la ZR pivote également.

 

Si je cours avec mon chien à gauche et que je fais demi tour du côté de mon chien, il devra toujours se retrouver à ma droite. Si je fais demi tour en tournant du côté opposé au chien, il restera alors sur ma gauche.

 

Ça mériterait une jolie vidéo....

 

 

Enfin, voilà la théorie.

 

 

En pratique comment fait-on? On travaille beaucoup, beaucoup, beaucoup sur le plat, c'est à dire sans obstacle. On court en cercle, on fait des pivots, des tours sur nous mêmes, on teste notre ZR et la motivation du chien. On travaille les croisés derrière et les rappels. Une petite vidéo ici aussi serait bien utile!

 

Pour l'instant avec Obi, on ne travaille que sur le plat. Le transfert sur les obstacles ne se fait pas avant l'âge d'un an. Et comme je suis une petite chanceuse, le cours de Susan Garrett que je suis en train de suivre est parfaitement adapté à ce système.

 

 

Si vous avez des questions, des remarques sur le sujet je suis preneuse. Je trouve dommage qu'en France on parle si peu de système de conduite, que ça se fasse souvent à la va-comme-je-te-pousse, ça passe ou ça casse. A quand une revue Clean Run en France avec des discussions d'experts sur différents aspects d'un parcours? Vite vite j'espère!

 

Repost 0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 16:35

"Allez, nom du chien, au pied. C'est bien. On fait un assis. On caresse le chien pour le féliciter"

 

Un samedi après midi comme tous les autres en club canin. Au premier coup d'oeil, génial. Renforcement positif, méthode amicale. J'adore. Ah oui? Bon allez, il y a un truc que je n'aime pas beaucoup.

 

On caresse le chien.

 

On part du postulat que la caresse est une récompense pour le chien. Que le chien aime donc la caresse. Cela parait d'autant plus certain que nous aimons caresser nos animaux. Nous aimons d'ailleurs caresser plein de choses.Nos congénères. Un tissu, une matière. Nous aimons toucher, palper, sentir les formes, la douceur ou la rugosité, le froid ou la chaleur. Nous sommes des primates, pouces opposables et peau fine, sensible. Nous aimons le contact physique avec ceux que nous aimons. C'est même une expression nécessaire de l'amour. Quelle atroce souffrance de voir l'être aimé derrière une glace sans pouvoir le toucher.

 

Bon vous voyez déjà où je veux en venir. Le chien, lui, n'est pas forcément de cet avis. Mais si, me répondrez vous, il adoooore les câlins. Oui, bien sur, les chiens aiment les câlins. Mais est-ce le cas en permanence? Avez vous toujours envie qu'on vous touche. Voyagez 30 minutes dans un RER bondé, collé à 3 personnes et la dernière chose dont vous avez envie en sortant, c'est qu'on vous caresse la nuque. Ou après un effort intense, vous suez, vous avez chaud, vous collez. Pas forcément envie, là, tout de suite de faire un petit câlin.

 

Le chien peut aimer la caresse bien entendu, mais est-ce vraiment toujours pour lui une récompense? Je suis tombée par hasard sur une vidéo aujourd'hui. On y voit une femme qui travaille son border à la balançoire en le récompensant par une caresse. Voici la vidéo.

 

 

 

 

Seules les premiers passages m'intéressent, ceux où le chien est "récompensé" par une caresse. On voit clairement qu'à l'approche de la main de la maîtresse, le chien baisse la tête, les oreilles, le dos. Quand elle est sur sa droite, on le voit détourner la tête. C'est un signal d'apaisement pour le chien (je me détourne de ce qui me stresse) et pour la maîtresse (c'est très désagréable ce que tu me fais).

 

J'ai récupéré trois images de la vidéo, trois qui se suivent:

Sur la première, le chien anticipe le contact. Il baisse les oreilles, la tête, regarde la femme par en dessous.

 

 Sans-titre.JPG

Sur la seconde, le regard est détourné (droit devant) les yeux plissées. La tête est plus basse que la colonne vertébrale. 

 

Sans-titre-copie-1.JPG

Enfin sur la denrière, le chien plie les coudes pour se baisser.

Sans-titre-copie-2.JPG

 

 

A partir de ces photos et de la vidéo, peut-on dire que le chien n'aime pas la caresse? Non bien entendu. Il n'aime pas la caresse ici et maintenant.

 

Est-il renforcé pour son comportement? Et bien malgré tout oui.

 

Oui il est renforcé pour le fait de monter sur la balançoire car le comportement se reproduit avec une intensité croissante. Mais pas par la caresse. Par l'arrêt de la caresse et l'autorisation de descendre de la balançoire. Il s'agit de renforcement négatif: un comportement augmente en intensité et en fréquence par le retrait d'un stimulus aversif (qui fait peur, mal, qui est désagréable). En d'autres mots, c'est parce que la caresse s'arrête que le chien est renforcé. 

 

On voit d'ailleurs la différence dans l'attitude du chien quand le frisbee est lancé. Le frisbee est une récompense efficace qui renforce positivement le chien dans ce contexte. Le frisbee motive le chien. 

 

Une récompense, c'est ce que le chien aime mais c'est surtout ce dont le chien a envie sur le moment. Un chien qui vient de manger 2 kilos de viande n'aura pas forcément envie d'un bout de gruyère (ou peut être si c'est un golden!). Mais si il a un peu faim, le gruyère devient plus intéressant. De la même manière, un chien manipulé du soir au matin ne verra pas une caresse comme une récompense. Un chien qui a mal ou peur ne trouvera pas de renforcement dans une récompense alimentaire ou de jeu. Sa première envie là tout de suite, c'est de ne plus avoir peur/mal.

 

Pour apprendre le plus rapidement possible quelque chose à un chien, ou à tout animal, il faut savoir ce qui le motive à l'instant T et prier ensuite pour avoir cette source de motivation sous la main! Un chien qui aime la baignade plus que tout pourra être récompensé par l'autorisation d'aller dans l'eau. Mais on n'a pas toujours de l'eau à portée de main. Mais par contre, quand on a l'occasion de pouvoir se servir de la baignade comme récompense, alors faisons le!

 

Ici, l'utilisation du frisbee dès le début aurait surement réduit le nombre de répétitions nécessaires et augmenté la vitesse de progression du chien en limitant la frustration des deux protagonistes.

Repost 0
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 13:46

Samedi matin, désoeuvrée comme je l'étais de m'être levée à 7h30 (stupide horloge biologique qui ignore le rythme semainier), j'ai saisi d'une main avertie mon édition de Shaping Success, le livre de Susan Garett, pour y relire quelques passages et puis pour trouver une idée d'activité avec Obi.

 

Le petit monstre ayant decidé de boxer un barbecue (voir Barbecue in your face ), on doit s'en tenir à des exercices peu physiques! Ni une ni deux, je tombe sur l'exercice It's Yer Choice game, en bon français: c'est toi qui vois! Comprenez c'est le chien qui choisit entre deux actions. L'une des deux étant celle que VOUS voulez que le chien fasse et l'autre étant celle que le chien veut faire. Florilège:

  • rester au pied/courir après les oiseaux
  • rester assis/aboyer au portail
  • vous regarder/regarder les autres chiens jouer
  • faire la vaisselle, la lessive et le ménage/ dormir toute la matinée sur la terrasse
  • dormir dans son panier/mordre votre frère (cette dernière peut s'inverser selon les relations que vous entretenez avec votre frère)

 

Pour que ça fonctione, l'idée est que ce que vous vous voulez est plus facile à faire que ce que le chien veut.

 

Autrement dit, on laisse le choix au chien mais avec peu de chance qu'il se trompe.

 

 

Pour l'exercice en question:

Grosso modo, on met le chien couché et on prend un Truc Bien Appétent (TBA). On le met au sol devant le chien (la distance entre le chien et le TBA étant laissée à votre appréciation).. Dans 90% des cas, le chien se lève pour prendre le TBA.

 

Biiiip. Essaie encore. On enlève le TBA et on recommence. Je vous ai dit que la distance était laissée à votre appréciation: prenez en compte la rapidité de votre chien et la votre. Si vous n'êtes pas bien réveillé ou si votre chien est Flash Gordon, mieux vaut garder une distance suffisante qui vous permettra d'intervenir.

 

Si le chien ne bouge pas, alors on lui donne l'autorisation de manger le TBA. Il fait ce que nous voulons (rester en place) pour obtenir ce qu'il veut (le TBA). C'est la loi de Thorndike: fait ce que je veux pour avoir ce que tu veux.

 

Exercice idéal pour nous: on y va! Mon TBA est du gruyère coupé en dés. Obi couché, gruyère devant (bon on a déjà bossé un peu le rester couché, à noter que je ne dis pas "pas bouger" à Obi: "couché" veut dire couche toi et restes ainsi tant que je ne t'ai pas dit que tu pouvais le faire. J'ai donc un mot de relachement, okay.)

 

Il ne bouge pas d'un pouce, reste bien fixé sur le gruyère -- important pour la suite: le chien n'est pas concentré sur moi visuellement mais sur un objectif défini. Par contre il est très concentré sur ma voix -- je donne mon mot de relachement: okay! Obi mange le gruyère et on recommence. Je lui en mets partout: entre les pattes, sur les pattes, plusieurs d'un coup etc. Il fait une ou deux erreurs. Je dis mon "han-han" qui signifie qu'il n'aura pas de renforcement sur ce coup là et on recommence. C'est plutôt facile.

 

On arrête la séance là-dessus et je reprends mon bouquin. Deuxième étape:  même jeu mais en mouvement. Sur le rappel, on place le TBA sur la ligne du chien mais en décalé, de façon à ce que le chien soit plus tenté de venir vers nous que de manger le TBA qui n'est pas vraiment sur sa trajectoire. On appelle le chien.

 

Allez hop, je recoupe du guyère et on recommence. Obi assis, je m'éloigne, balance le gruyère sur le côté. Il ne bouge pas. Okay. Oups.

 

Okay ça veut dire quoi exactement?Ca veut dire normalement "tu peux bouger et viens vers moi". Mais dans l'exercice précédent, ça voulait aussi dire "tu peux manger le gruyère". Résultat, plantage. Je dis Okay, que doit-il faire: manger le TBA ou venir vers moi?

 

Bon me dis-je alors. Pas grave. On va remplacer le Okay de l'exercice précédent par un autre mot. Je choisis "mange".

 

Comment peut-on remplacer un ordre par un autre?

 

Déjà on relit Don't shoot the dog si jamais on a oublié l'explication complète.

 

Puis on utilise une capacité toute naturelle de notre chien: l'anticipation. Nos chiens savent très bien intégrer des routines. Si on demande toujours un couché après le assis, le chien va très vite enchainer les deux positions lorsqu'on dira simplement assis. C'est le genre de choses qui donnent des cheveux blancs à ceux qui pratiquent des disciplines canines. Mais c'est un atout dans mon cas.

 

Le nouveau mot est "mange". L'ancien mot est "okay". Puisque mon chien va anticiper, je vais placer le "mange" juste avant le "okay", avec un petit temps tout de même histoire de ne pas dire "manjokay".

 

Obi est couché, le gruyère devant lui, il reste immobile. Mange - 1 seconde - Okay. Il mange. Je répète plusieurs fois. Je remarque déjà qu'il commence à manger le gruyère dès que je dis "mange". Je teste: je dis "mange" et puis c'est tout. Et il mange. J'ai transféré le sens du mot "okay" au mot "mange".

 

Il faudra répéter suffisamment pour ne plus avoir d'hésitations.

 

Pour voir Karen Pryor remplacer un ordre simple (assis) par un signal visuel (un bol), cliquez . Puis sur Video Blue Bowl (German Shepherd learns a new cue). L'anecdote est aussi relatée dans Don't shoot the dog. Bref, à la fin de la séance, le chien s'assoit seulement quand on lui présente un bol bleu (plus besoin du assis). Mais le chien s'assiera toujours quand on lui dira assis.

 

 

Je nous ai filmé, si ça passe bien, je mettrai la vidéo ici!!

Repost 0
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 11:48

 

J'ai accompagné ma mère dimanche sur un concours d'agility. J'aime bien regarder les concurrents et me demander ce que j'aime ou n'aime pas sur chaque passage que je vois. A force, on aboutit à une petite liste de ce à quoi on voudrait aboutir niveau technique en agility.

 

Pour moi, ça ressemble à ça pour le moment:

-Un chien rapide, c'est mon premier critère, le plus important pour moi

-Un bon départ et table

-Une entrée de slalom à distance et un slalom indépendant

-Des zones rapides (pas d'arrêt en haut du toit ou de la descente de passerelle)

-Des en avant efficaces

-Des sauts courts au besoin

-Du directionnel

-Une bonne forme physique

 

La bonne nouvelle, c'est qu'Obi a l'air d'être un chien assez rapide, à moi d'entretenir ça au maximum.

 

Les départs:

 

Pour les pas bouger, on est plutôt bien parti. On travaille beaucoup avec les distractions, la distance etc. Pour moi, un bon pas bouger ne peut se maintenir que si on utilise un mot de relâchement qui signifie clairement au chien qu'il peut bouger. J'ai vu beaucoup de gens hier qui répètent pas bouger à leur chien pendant qu'ils s'éloignent et qui partent en courant sans signal clair pour le chien. Au final, le pas bouger est acquis sur beaucoup plus de temps sans mot de relâchement.

 

En ce qui concerne Obi, j'ai d'abord appris le mot de relâchement (Okay) en jouant avec lui (on excite le chiot avec un jouet mais en le repoussant pour qu'il ne puisse pas l'attraper puis on donne le mot de relâchement et on laisse le chien accéder au jouet. Même chose en tenant le chiot entre ses jambes, en l'excitant et en lançant le jouet devant, on donne le mot et on lâche le chiot une seconde après. Puis à partir d'une position.) Avec ces méthodes, on a deux bénéfices: le chien a un excellent pas bouger et a un départ explosif après le pas bouger.

 

Le slalom:

 

C'est encore trop tôt pour commencer l'apprentissage mais j'utiliserai la technique du 2x2 de Susan Garrett. J'ai le dvd et il a fait ses preuves sur déjà plusieurs chiens dont Cirius. J'ai hâte de pouvoir commencer avec Obi.

 

Les zones:

 

Pour l'instant, on fait beaucoup de course sur la planche pour être bien à l'aise. Course en hauteur également. Je vais essayer d'apprendre à Obi le running contact (pas d'arrêt sur la zone mais le chien touche la planche jusqu'au bout sans sauter) et le 2on 2 off (deux pattes sur la zone deux pattes dans l'herbe) à côté. En fait on a déjà commencé le 2on/2off sur les marches de l'escalier.

 

Les en avant:

 

On a commencé à travailler avec une cible à distance (en l'occurrence, faire le tour d'une poubelle). Obi semble plutôt à l'aise avec ça et on va faire en sorte que ça continue

 

Les sauts courts:

 

Le fameux tic/tac de Sylvia Trkman (voir Silvia Trkman ). Le chien apprend à s'enrouler autour du piquet/oreille de la haie et atterrit donc très près. Cela permet d'éviter de grosses pertes de temps sur une réception éloignée.

 

On a commencé à travailler le tourner court en passant autour d'un fut de croquettes. Je compte coupler ça avec le travail de en avant pour qu'Obi puisse travailler en  étant plus éloigné de moi.

 

Le directionnel:

 

Gauche et Droite, utiles ou superflus? Je dirai utiles si on a un chien qui remplit mes objectifs: rapidité, technique et rapidité. Même si on ne peut s'en servir sur tous les passages avoir un chien qui répond aux commandes droite et gauche peut s'avérer salvateur sur certaines configurations, notamment de grandes lignes droites où le chien nous dépasse.

 

Une bonne forme physique:

 

Je ne parle pas du chien.... J'aimerai pouvoir courir le plus vite possible sur le terrain. Bon , je n'en suis pas capable aujourd'hui et cela va demander un gros entraînement pour moi. Mais après tout, pourquoi il n'y aurait qu'Obi qui doive faire des efforts!

Repost 0
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 11:27

 

En séance de shaping avec Volt, je voulais qu'il soulève les babines pour montrer les dents. Je cliquais uniquement ce mouvement là et au final, j'ai obtenu le soulèvement de babines couplé avec un jeté de tête en arrière, chose totalement imprévue au départ mais que je n'avais pas remarquée avant.

 

On ne peut avoir l'oeil sur chaque comportement. On peut cependant s'entraîner à bien regarder le chien en renforçant des micros-comportements. Toujours avec Volt, j'ai fait une séance sur un mouvement de la tête, puis des yeux, vers la droite à partir du assis. Je n'avais jamais travaillé sur un comportement si minime, épuré. Je me suis rendue compte que c'était au final plus facile et que j'avais tendance à travailler "en gros", sans me soucier des petits détails.

 

Quand on parle de shaping, on dit souvent de décomposer le comportement en un maximum de critères mais il est difficile de savoir lesquels et comment. J'ai aussi trouvé que la séance avait été plus facile pour Volt et il a vite compris ce qui était renforcé. Il était difficile de parasiter ce comportement par un autre mouvement du corps. Le comportement a vite été saisi car il était "pur". Admettons que je veuille couplé ce comportement de regarde vers la droite avec un soulevé de la patte gauche. Il faudrait que je travaille séparément les deux pour ensuite les unir: deux comportements simples pour un complexe.

 

Je sais que j'ai tendance à vouloir aller trop vite et à être trop brouillon, surtout avec Voltaire qui manque de confiance en lui (et en moi!).

Repost 0
13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 12:00

 

 

Récemment, lors d'un entraînement agility dans mon club, nous soulevions le problème que les chiens ne vont pas assez vite sur les parcours. Ils ont aussi tendance à anticiper les arrêts sur les zones et à ralentir avant d'y arriver.

Le fait est qu'on apprend au chien à passer tous les obstacles en suivant son maître puis on essaie d'y ajouter la vitesse.

 

Il me semble cependant plus compliqué pour le chien de procéder de cette façon.

 

En effet le chien va prendre l'habitude de passer les obstacles avec précaution: il va rester au point de bascule de la balançoire, s'arrêter en haut du toit, faire le slalom lentement. Puis on va lui demander d'accélérer. Mais faire un slalom en moins de 3 secondes peut s'avérer difficile une fois qu'on a pris le pli de le faire en 10.

 

Le chien a une longue histoire de renforcement de ces comportements lents et une rééducation peut être très longue. De plus la technique du slalom rapide est différente de celle d'un slalom à vitesse moyenne: le chien va avoir la tête basse et passer une patte à chaque porte au lieu d'attendre que son corps soit complètement sorti de la porte précédente pour passer la suivante.

 

Alors pourquoi ne pas commencer de suite avec comme critère principal la vitesse d'exécution?

 

Pour le chien, rapidité doit signifier plaisir. Ainsi, on renforcera au quotidien tous les comportements rapides. Les rappels rapides, les positions rapides etc. On apprend au chien à aller le plus vite possible en toutes circonstances. On travaille alors avec un chien confiant.

 

Silvia Trkman dit qu'un chien qui entre pour la première fois sur un terrain d'agility doit être persuadé qu'il est le champion du monde. J'avoue que cette idée me plaît beaucoup.

 

Il faut également garder à l'esprit que la vitesse du chien sur le parcours d'agility doit être comparée à celle maximum sur terrain plat. Un chien qui court à 10km/h max sur terrain plat et qui est à 8km/h sur le terrain d'agility est un chien rapide en agility. Un chien qui court à 35 km/h sur terrain plat mais à 20 km/h sur le terrain d'agility est un chien lent: il n'exploite à fond sa capacité de course sur le parcours.

 

Autre problème: la vitesse du conducteur. On a trop souvent tendance à se calquer sur la vitesse du chien. Si notre chien est lent (ou si il nous le semble) nous aurons tendance à moins courir, ce qui entraînera un ralentissement du chien etc. On entre vite dans un cercle vicieux. Apprendre à courir est le premier besoin pour ceux qui cherchent à diminuer leur temps de parcours. On oublie parfois que si le chien doit être entraîné, le conducteur aussi!

 

Avec Obi, j'essaie au maximum d'avoir 100% de vitesse sur mes rappels, dans le jeu etc. Ce qui me permettra par la suite (enfin j'espère) d'avoir un chien à 100% sur le terrain d'agility!

 

Une fois que le chien a acquis la vitesse comme premier critère d'exécution des obstacles alors on peut commencer à penser que le chien est à l'aise. Un chien lent sur un obstacle peut être un chien qui a peur. La lenteur peut parfois être l'indice que le chien n'a pas confiance en lui et l'entraînement doit alors être repris du début pour obtenir une vitesse d'exécution qui reflète une aisance et un plaisir évident.

Repost 0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 10:00

104_9973.jpg

 

De façon générale, je pense qu'il faut récompenser de façon moindre un comportement obtenu par le leurre plutôt que spontané. Pourquoi?

 

Les chiens apprennent rapidement que si il y a une récompense dans la main, ils ont une forte chance de l'obtenir(une probabilité proche de 100%: qui range son leurre dans sa poche?). On leurre le chien sur le assis, il s'assoit, on lui donne le leurre. Pour le chien leurre=récompense. Et ça là que le bât blesse, car ils apprennent souvent l'inverse: pas de leurre= pas de récompense. On décide du jour au lendemain qu'il ne faut plus leurrer et les gens se plaignent alors que le chien n'obéit pas si ils n'ont rien dans la main.

Comment éviter ce problème?

Je pense que plusieurs solutions sont envisageables:

-Ne pas donner le leurre qu'on a dans la main mais une autre récompense.

-Leurrer le moins possible et apprendre à effacer PROGRESSIVEMENT le leurre.

-Avoir un leurre de moindre valeur par rapport à la récompense (exemple: leurre= croquette/récompense=fromage)

-Apprendre au chien l'inverse de ce qu'il croit: le leurre signifie pas de récompense.

 

J'ai déjà essayé à plusieurs reprises la dernière solution avec des chiens qui "n'écoutent pas sans la croquette".

Concrétement, je leurre le chien dans un assis avec de la nourriture dans la main, je le félicite mais ne lui donne rien. Je refais le même geste mais la main vide. Si le chien s'assoit ce qu'il fait dans 95% des cas, jackpot! On réitère plusieurs fois. Si lors d'un essai "à vide", le chien ne s'assoit pas, je reprends le leurre, mais ne lui donne rien quand il s'exécute, en le félicitant quand même. La progression est rapide si on arrive à avoir suffisamment d'erreurs. En effet, l'erreur est selon moi nécessaire à l'apprentissage, ce qui fera l'objet d'un autre article d'ici peu.

 

Dans le cas du chien qui ne s'assoit jamais, strictement jamais sans leurre, on utlisera les autres techniques combinées, c'est à dire, ne pas récompenser avec le leurre mais avec l'autre main et avec une valeur plus forte que celle du leurre. Le chien doit oublier ce que contient la main, cela doit lui devenir insignifiant.

 

Je pense également que récompenser très généreusement le premier comportement spontané après une série de leurre permet de faire rapidement une bonne transition et de limiter le nombre de répétitions.

 

En fait tout est une question de hiérarchie de réalisation du comportement (article à venir prochainement aussi!)

 

Repost 0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 10:00

104_9932.jpg

 

Forte de l'expérience précédente (voir Jackpots 1 ), j'ai de nouveau voulu avancer sur le sujet du jackpot.

J'ai donc choisi un exercice simple et nouveau pour Obi. Passer sous ma jambe droite dans l'optique de faire par la suite un slalom entre mes deux jambes.

J'ai donc pris des récompenses et mon clicker.

J'ai leurré Obi 8 fois pour qu'il passe sous ma jambe. Les deux premières, j'ai dû lui montrer ma main pleine de récompenses, puis 1 fois mon poing fermé, 2 fois mon poing fermé mais plus haut, 2 fois mon poing fermé au niveau de ma hanche et 1 fois un mouvement de mon bras vers le bas mais sans qu'il puisse voir ma main de l'autre côté de ma jambe.

Je n'avais pas prévu de ne pas leurrer le 9ème essai, mais Obi a avancé directement vers ma jambe pour passer dessous: bingo, une pleine poignée de récompenses. Pour les 12 renforcements suivants, je n'ai pas eu à releurrer pour obtenir le comportement. J'ai récompensé avec plus de récompenses qu'avec le leurre. Sur cet exercice précis et dans son contexte, on a donc eu 8 essais leurrés, 1 essai non leurré jackpot et 12 essais non leurrés sur-récompensés.

Le ratio 8/12 est intéressant. Il faudra voir à la prochaine séance si :

-Il est nécessaire de releurrer pour obtenir le comportement et si oui combien de fois

-On peut obtenir un ratio plus faible

 

Rendez-vous à la prochaine séance!

 

 

Repost 0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 14:49

Bon voilà j'ai craqué même si ça n'est pas très judicieux! J'ai acheté le dvd de Greg Derrett! La photo est kitchissime mais le contenu est particulièrement interessant selon les dires de nombreuses personnes.

Je l'attends donc d'ici la fin de la semaine, ce qui tombe bien, car ce sera également la fin des partiels!

Mais qui est Greg Derrett? Il a mis au point un système de conduite en agility qui est utilisé par de nombreux compétiteurs de haut niveau. Le principe de base étant que le chien ne dépasse jamais une ligne parrallèe à la ligne tracée par nos épaules.

Un petit conseil si vous désirez acquérir le dvd en question: achetez le en Angleterre et pas aux USA, il est deux fois moins cher!

Repost 0