Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 09:00

Je n’en parle plus beaucoup mais je me suis inscrite à l’e-cours de Susan Garrett pour travailler le rappel en 5 minutes par jour.

 

Ze problem is que lors de l’inscription, on signe une sorte de clause de confidentialité qui fait qu’on ne peut pas parler des exercices transmis sur le site. Shit alors ! Pas de vidéos, pas de photos, pas de rapport rien de rien.

 

Mais, car il faut un mais, sinon cet article serait ridiculement court, je peux vous parler des jeux déjà connus grâce au blog de Susan.

 

Ainsi Obi et moi, handicapés que nous sommes par ces 3 semaines de repos, nous ne pouvons plus faire les jeux de rappel proprement dit

.

Nous travaillons donc en ce moment 3 aspects du rappel :

Voici le premier :

 

Le collar grab game (traduction le jeu de l’attrapage de collier) :

 

Idée : le chien doit se laisser attraper et manipuler au collier comme si votre bras était une laisse.

 

Objectif : Quand on attrape le collier du chien, celui-ci montre immédiatement une réaction de joie. On a conditionné une réponse émotionnelle positive à la saisie du collier.

 

Matériel : un chien, une laisse, un collier, des récompenses excellentes (pour ma part du foie bouilli)

 

Procédure : le chien est en laisse. On attrape le collier et on donne aussitôt une récompense. On réitère l’action une dizaine de fois. Si le chien montre des signes de malaise dus à une mauvaise expérience ou à une intolérance au collier, on commence par simplement toucher le chien. La récompense doit arriver rapidement et directement dans la bouche du chien.

Quand on commence à voir une réaction positive, on commence à prendre plus franchement le collier pour augmenter petit à petit pour arriver à un geste proche de celui fait pour attraper le chien en urgence.

On peut également attendre un instant que le chien se déconcentre (renifle par terre par exemple) et l’attraper au collier en lui donnant aussitôt la récompense.

 

A retenir :

 

  • La récompense ne vient pas récompenser un comportement mais associer notre comportement (saisie du collier) à une réaction positive. On récompense le chien même si il saute, grogne, se débat. C’est souvent ce côté-là qui gêne un peu aux entournures. L’idée est de conditionner une émotion et non d’apprendre un comportement au chien.

 

  • Il faut s’imaginer que chaque comportement ou situation correspond à un petit réservoir. A chaque fois que je récompense le chien en l’attrapant au collier, j’ajoute un peu de liquide à mon réservoir d’attrapage de collier. Dès que je le fais sans récompenser, le réservoir se vide un peu. Le but est de remplir un maximum le réservoir pour pouvoir ensuite le vider si besoin est (pas de récompense à porter de main) tout en gardant à l’esprit quand si je vide mon réservoir je dois le remplir de nouveau d’autant. La bonne nouvelle est que le réservoir ne peut pas déborder ! Autant le remplir un max avant de commencer à le vider car plus le niveau sera bas, plus la réaction du chien sera faible. (Cette subtile métaphore du réservoir n’est point mienne, mais je la trouve si parlante que je la retransmets avec force plaisir)

 

  • Un comportement ou une émotion conditionné ne sont pas figés pour l’éternité dans le roc marmoréen  du cerveau de nos chiens. Il faut l’entretenir, le bichonner, le rendre brillant et poli si il commence à ternir.

 

  • Un conditionnement se produit entre 500 et 1500 répétitions selon les chiens.

      -     Waouh 1500,  mais c’est énorme ! , me direz-vous.

      -     Mais non voyons ! , vous répondrai-je. Imaginons que vous nourrissez votre chien aux croquettes (non, aucun jugement de valeur ne sera exercé à l’encontre des croquettivores). Pour un chien de 30 kilos environ on compte 200 croquettes environ dans la gamelle (cela dépend de la taille des croquettes évidemment. Pour connaître le nombre de croquettes dans la gamelle de votre chien, pesez 50g de croquettes et comptez les. Divisez 50 par ce chiffre puis notez le. Vous divisez ensuite le poids de la ration de votre chien par ce chiffre et vous obtenez le nombre de croquettes dans la gamelle). En 8 gamelles pour le chien de 30 kilos, on obtient 1600 renforcements. Et hop le tour est joué !

 

  • Ceci est un jeu, ce qui signifie qu’il doit l’être autant pour vous que pour le chien. Si l’un des deux ne s’amuse pas, repensez votre façon de procéder !

 

 

Moralité : Préparez vos bouts de gruyère !

 

 

Pour Obi, le conditionnement commence à se mettre en place. On doit en être à 250 renforcements. La semaine dernière, j’ai eu un grand plaisir à voir les bénéfices de ce jeu : il reniflait un peu de croquettes vomies (miam….) trouvées en balade. Il commençait à en manger quand je l’ai attrapé par le collier. Je n’ai pas eu à le tirer en arrière, il a aussitôt levé la tête et s’est rapproché de moi en remuant la queue !

 

Yeepee !! La victoire est mienne, Susan est mon dieu !

 

Demain : le nose touch dans la main if you please !

Repost 0
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 12:05

Comme dit précemment (Un petit pas vers l'Amérique ) je me suis inscrite au cours en ligne de Susan Garrett pour avour un rappel "brillant" selon elle.

Le premier exercice consiste à faire la liste des distractions qui peuvent perturber notre chien et à les classer par ordre d'importance de 0: pas de perturbations à 10: chien sur mars.

 

Voici ma première liste, non exhaustive et qui sera surement appelée à changer au fur et à mesure.

  

0 La sonnette    
1 Des gens immobiles    
2 Un nouvel environnement    
3 Des gens qui marchent près de lui Un bac d'eau  
4 Une gamelle vide Les autres chiens immobiles près de nous  
5 Des gens qui parlent La porte qui s'ouvre  
6 Un tug lancé Jouets partout sur le sol  
7 Des gens qui l'appelent Le pipolino Des odeurs au sol
8 Une gamelle pleine de viande Les autres chiens qui jouent Les autres chiens qui travaillent au clicker
9 De la nourriture éparpillée sur sol Des trucs pourris (poisson mort)  
10 Les autres chiens qui font de l'agility    

 

 

 

Pour certains je me suis inspirée de notre expérience commune: je sais qu'Obi a du beaucoup de mal à m'écouter quand d'autres chiens font de l'agility sous son nez. Il revient bien mieux quand il joue simplement avec eux. Par rapport aux personnes, c'est un exercice que j'ai beaucoup travaillé à Paris: "reviens quand les gens te caressent "et qu'il faisait putôt bien.

 

Pour les autres, j'ai pris des exemples de la liste fournie par Susan et qui m'ont semblé parlant: les jouets, la nourriture etc. Je n'ai jamais testé avant. Enfin si le jouet un peu mais dans un certain contexte: le pas bouger.

 

Ce soir, premier excercice en vu: Prise au collier! Déjà travaillé mais ça ne fait jamais de mal de revoir les bases!

Repost 0